Voyage au pays des Ombres....

Voyage au pays des Ombres....

TRAHISON du PEUPLE KACHIN !

           

                                                             New flag of "Union of Myanmar"....

 

La clef de voûte est l'accord de Panlung de 1947 : les kachins le signèrent, tout comme les autres minorités ethniques, appuyant la lutte du Général Aung San pour l'indépendance de la Birmanie - Les kachins luttèrent pour l'indépendance aux côtés du peuple Birman pour faire partie de l'Union démocratique de Birmanie, avec l'idée de disposer d'une certaine autonomie au sein d'un Etat fédéral.

Aujourd'hui, pour comprendre la place des kachins dans l'actuelle Birmanie , il faut repartir de cet accord fondamental qui a été trahi par le gouvernement; Telle est l'analyse de Hpauje Kan Li, historien et chercheur kachin ayant choisi d'émigrer et qui mène des recherches en Malaisie, aux Philippines et aux Etats-Unis.

 

« La volonté des kachins est de construire la paix au sein d'un Etat fédéral, la promesse à laquelle ils ont cru voici 60 ans mais les successeurs d'Aung San, à savoir Ne Win et ceux qui vinrent après lui, ont mis en œuvre une politique d'assimilation des minorités ethniques, ne respectant ni leurs cultures ni leurs droits, les distances aujourd'hui se sont accrues et le gouvernement actuel ne reconnaît pas l'accord de Panlung comme base de négociation »

 

En parlant du peuple auquel il appartient, Kan Li explique :

 

« Les kachins qui appartiennent à la famille ethnique des peuples tibéto-birmans vivent depuis des siècles sur leur terre de manière pacifique. Ils sont honnêtes, fiers et généreux. Ils s'appellent kachins au Myanmar mais leur nom ancien est "Singhpo" en Inde et "Jinghpo" (humain) en Chine - Selon la tradition, le peuple kachin est l'un de ceux qui  descend du ciel, dérivant d'un certain nombre d'esprits qui vinrent sur la terre, il sagit d'un peuple très religieux qui accorde beaucoup d'importance aux esprits »

 


En Inde, ils sont environ 50.000, en Chine 135.000 et plus d'un million en Birmanie, il s'agit de tribus qui ont un grand désir de paix et peuvent donc vivre en bons citoyens en Chine, en Inde, Birmanie ou en Thaïlande.
Dans le nord du pays, ils vivent dans un état d'extrême pauvreté, les infrastructures sont absentes tout comme l'instruction, les transports et l'énergie électrique.

Leur terre est exploitée par des entreprises multinationales qui se livrent à l'extraction de minerais et d'or alors que la forêt pluviale est progressivement coupée pour alimenter le marché illégal du bois... Les ressources sont par trop exploitées mais le peuple ne tire aucun bénéfice de ce développement, les kachins sont même privés de leurs terres et chassés !

C'est ce qui a eu lieu dans le cadre du projet de digue et de centrale hydroélectrique situées à la confluence entre les fleuves Mali et Nmai dans l'Etat kachin, projet qui a été à l'origine de la rébellion et du conflit en cours; Le gouvernement Birman devrait respecter les droits et l'autonomie de ces populations: toute la Birmanie aurait à y gagner.

              

                                                          Photo: jinghpawkasa

 

 

Pendant ce temps la guerre civile continue dans le nord dans l'indifférence de la communauté internationale, le peuple kachin souffre en silence et se sent abandonné; Une guerre evidement déséquilibrée entre des groupes rebelles éparpillés dans la jungle et une armée bien organisée et bien équipée !
Et la situation s'aggrave, les évacués sont désormais plus de 20.000, l'armée n'épargne pas les civils kachins qui fuient, terrorisés, les militaires Birmans ne font rien pour protéger les civils, l'ensemble des ONG étrangères s'est vu refuser l'accès à la zone et seule la Caritas locale parvient à les aider : dans le camp de réfugiés de Saint Joseph, installé par la Caritas de Myitkyina, se trouvent plus de 500 évacués qui ont besoin de tout. Mais la majeure partie des réfugiés fuit dans la jungle où elle survit à grand peine et meurt de faim.

Certains tentent de gagner la Thaïlande ou l'Inde où ils trouvent un peu d'assistance ou bien passent la frontière avec la Chine, où ils trouvent un environnement hostile et sont chassés par la population... en raison des rapports économiques et de forts intérêts commerciaux avec la junte Birmane, elles ferment donc les yeux !

La Chine et la Russie sont en outre les plus importants fournisseurs d'armes de l'armée Birmane et que ce soit l'ASEAN ou l'ONU, personne n'y peut rien, même, après des messages et visites d'observateurs qui se sont révèler totalement inefficace.
La guerre pourra prendre fin seulement si le gouvernement Birman actuel reconnaîssait, au moins en partie, les droits et la dignité du peuple kachin sans quoi elle se poursuivra, provoquant de graves dommages aux civils.

Même Aun San Su Kyi ne peut pas faire grand chose, elle vient de retrouver sa liberté et ne peut s'exposer trop au niveau politique, alors elle parle de réconciliation nationale mais le gouvernement semble sourd... alors les Evêques, les prêtres et les religieuses encouragent les fidèles et prient pour eux...



22/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres